LES SEIGNEURS DE LOIRE

Le village de Loiré s’est trouvé intégré dans ce qu’il était déjà convenu d’appeler la banlieue de la ville de La Rochelle, le cœur de l’Aunis, dès la fin 

XIIème siècle. La noblesse locale et les hauts fonctionnaires, qu’ils soient roturiers ou nobles en provenance d’autres provinces de France, s’attachèrent à acquérir ou à agrandir leurs domaines afin d’en tirer des revenus substantiels. Ces revenus provenaient très majoritairement de la  culture de la vigne, de sa transformation et du commerce du vin. 

Les propriétaires de ces domaines, seigneuries ou châtellenies, notamment les hauts fonctionnaires affectés majoritairement à la magistrature et  plus particulièrement au Présidial de La Rochelle, possédaient ou louaient des logements dans les quartiers Saint-Barthélemy et Saint-Jean-du-Perrot. Ces quartiers “huppés” de La Rochelle concentraient alors les plus belles demeures et les activités judiciaires et commerciales. Les  demeures seigneuriales à la campagne, une ou deux par paroisse, se répartissaient quant à elle sur l’ensemble de l’Aunis.

Les propriétaires successifs de la Seigneurie de Loiré ne font pas exception à cette règle. Ainsi les familles Doriole et Maynard, familles de notables  rochelais,  sont citées dans plusieurs documents d’époque comme faisant partie de cette “caste” bourgeoise propriétaire de nombreux domaines  du Grand Fief d’Aunis. 

L’exploitation des terres étaient en général confiée à des censitaires (métayers ou fermiers)  et cultivées en contrepartie d’une fraction de la récolte par des habitants du bailliage, ce qui était le cas de la Seigneurie de Loiré.

 

 

 

Famille Doriole.

Le premier seigneur identifié de Loiré - Loiré-en-Aunis à l’époque - fut Maître Jehan Doriole ou d'Oriole ( né vers 1380).  “Bourgeois”  licencié  en  droit, il est connu pour avoir été maire de la ville de La Rochelle à plusieurs reprises  (1409-1410/1415-1416/1421-1422/1430-1431).  

Son fils, Pierre Doriole (1410-1485), chevalier, hérita de la seigneurie de Loiré. Il fut également maire de La Rochelle en 1451-1452 puis en  1456-1457  mais sa renommée se fit à travers sa charge de chancelier de France dès 1472. Il fut nommé premier président de la chambre  des comptes en 1483. (Armes:  d'azur à la face ondée d'argent, accompagnée de trois vols d'or liés de même). Bien qu’il se mariât à deux reprises,  il n’eut qu’une  héritière:  Marie Doriole. 

Marie Doriole épousa maître Jean (de) Berart (Berard) qui fut également maire de La Rochelle en 1461-1462 puis président du parlement de  Bordeaux à partir de 1471 pendant le règne de Louis XI. La seigneurie de Loiré ne semble pas avoir été transmise aux descendants de  Marie  Doriole.  En effet, si le couple eut un fils, François de Bérard,  il ne semble avoir hérité que des domaines de Chissé et de Bléré, situés en Indre-et-Loire, transmis par son père.

La seigneurie de Loiré fut donc probablement vendue par les descendants de Jehan  Doriole. Le fait que la famille Berard s’installa au XVème  siècle en Agenais où elle acquit deux autres seigneuries n’est probablement pas étrangère à cette vente. 

 

Famille Maynard

Le nouvel acquéreur fut Louis (Loys) Maynard. En effet, le jour de son élection pour deux ans en tant que maire et capitaine de la ville de La  Rochelle le 19 avril 1506, sous Louis XII, il était désigné comme seigneur du Portal et de Loiré. Il est surtout connu pour avoir  fait construire la Porte Neuve de La Rochelle.

Lui succédèrent:

 Georges Maynard, conseiller au Parlement de Paris à partir d’août 1544, sous François 1er, qui décéda à Paris, St André des Arcs, en février 1557. En épousant Jeanne de Loynes, dame de Bellefontaine  vers 1544, il fait entrer la seigneurie de Bellefontaine dans le patrimoine de la famille  Maynard.

Le couple aura au moins deux fils: Charles (cf. infra) et  Jean Maynard de Bellefontaine (Armes: D'argent à trois porc-épics de sable mitraillé d'or,  2 et 1).  

 

Charles Maynard, seigneur de Loiré et Bellefontaine, (décédé le 30/12/1660) qui fut avocat puis conseiller au Parlement  de  Paris.  Il 

eut trois enfants  avec Françoise de Besançon :

  • Françoise, mariée à Alexandre Briçonnet, seigneur de Glatigny (près de Versailles), général de France. Ils eurent 5 enfants dont 

  • Guillaume, seigneur des Angliers près La Rochelle et Barthélemy seigneur du Treuil aux Secrets, en pays d'Aunis

  • Jeanne, mariée le 20/07/1608, à Christophe Perrot, seigneur de Malmaison

  • et Barnabé, (cf.infra)

Repère historique: 1628 siège de la ville de La Rochelle par Richelieu

 

Barnabé Maynard, écuyer, seigneur de Loiré, du Treuil-aux Secrets, de Bellefontaine et des Viviers, conseiller du Roi en ses conseils,

 maître  d'Hôtel ordinaire de Sa Majesté, chevalier de l'Ordre de St Michel. Sa fille aînée Madeleine Maynard de Loiré épousa Jacques 

du Tillet, IIème du nom, seigneur de Montramé, conseiller au parlement, en février 1647, sous le règne de Louis XIV.

L’acte de succession de Barnabé Maynard, établi en septembre 1651, fait apparaître six héritiers, fruits du mariage du défunt avec 

Madeleine  de  Seigneuret: (par ordre de naissance) Madeleine, Barnabé, Christophe, Jean, Françoise, et Jacques Auguste.

 

Repère historique:  18/10/1685 - Révocation de l’Edit de Nantes

 

Famille Jarry

 

Dans son article sur la maison seigneuriale de Loiré, Jean Métayer évoque l’acte de vente de la Seigneurie signé le 20 février 1712, à 

Paris, entre  les créanciers unis de Barnabé Maynard, seigneur de Loiré et de Bellefontaine, conseiller du Roi en son grand conseil, et 

Antoine Jarry de la Rousselière, contrôleur des droits du Roi au grand bureau de La Rochelle. 

Au vu de la date, le Barnabé Maynard évoqué dans cet acte de vente  est probablement le fils de l’autre Barnabé, maître d’hôtel ordinaire du Roi. 

Cet acte clôt deux siècles de main-mise de la famille Maynard sur la  seigneurie de Loiré. 

 

Antoine Jarry, sieur de la Rousselière, était originaire de l’actuel département de la Sarthe. C’est probablement sa charge de contrôleur au  bureau des fermes du Roi à La Rochelle, sous Louis XIV, qui l’amena dans cette ville. Il épousa Elisabeth Gédouin, fille d’André Gédouin,  écuyer, seigneur de Mézières, à l’église Saint-Barthélemy de La Rochelle le 12 septembre 1689. Leur fils Jean Charles naquit environ un an plus tard et fut baptisé dans  la  même paroisse. (Armes: De sable semé de fleurs-de-lis d'argent au lion d'or brochant sur le tout).

Après avoir acheté le domaine de Loiré en 1712, Antoine Jarry  acquit, quelques années plus tard, auprès du sieur Gastumeau, ex-chanoine,  négociant et futur conseiller à l'Hôtel de Ville de La Rochelle, la seigneurie d’Huré. La seigneurie d'Huré, de Lagord et des Halles de Puilboreau, propriété de Anne Bruneau, épouse de Jules de Gabaret, seigneur et marquis d'Angoulins exilé en Espagne, fut adjugée  par décret au sieur Gastumeau  en 1715.

 

Le 18 janvier 1717 (sous Louis XV) à l’église Saint-Barthélemy de La Rochelle, Jean Charles Baptiste Jarry, seigneur de Loiré,  épousa    Marie Anne Angélique Mariocheau de Bonnemort, fille de Maitre Valentin Mariocheau de Bonnemort, ancien avocat au Parlement de Paris.

Le frère de Marie-Anne Angélique, autre Valentin Mariocheau de Bonnemort, conseiller du Roi au siège présidial de La Rochelle, sera maire de  cette ville de 1730 à 1732. Valentin  Mariocheau de Bonnemort et Jean Charles Jarry de Loiré étaient co-Trésoriers de France du Bureau des Finances de  La Rochelle en 1720.

 

Famille Petit du Petit-Val

 

Le 14 février 1746, Pierre Alexandre Petit, écuyer du Petitval, (né vers 1700), fils de François Petit, écuyer, seigneur du Petit-Val, et de feue Esther  Bernon, épouse  Elisabeth Angélique Jarry de Loiré  (née vers 1720) fille de  Jean Charles Jarry,  écuyer, seigneur de Loiré, conseiller du Roi,  président trésorier de France au bureau des finances de la généralité de La Rochelle, et  de feue dame  Suzanne Angélique Mariocheau de  Bonnemort. C’est par ce mariage que la Seigneurie de Loiré entra dans le patrimoine  de la famille Petit du Petit-Val. (Armes: De gueules à une gerbe d'or liée de même en chef de trois étoiles d'or).

 

François Petit du Petit-Val, père de Pierre Alexandre, maintenu noble en 1699, a été procureur du Roi à La Rochelle de 1696 à 1707. Il est né à Saint-Paul/Paris en 1653 et a épousé Esther Bernon, fille d'un armateur, marchand et banquier rochelais en 1693.

 

Le  17 juillet 1747 naquit à La Rochelle François Gaspard Philippe Petit, fils aîné de Pierre Alexandre Petit , seigneur du Petit-Val, de Loiré et  d’Huré , et d'Elisabeth Angélique Jarry .

 

Le 26 janvier 1785, sous le règne de Louis XVI, François Gaspard Petit épousa Anne Suzanne Marguerite Donat de Saint-Coux  à  l’église  Notre Dame de La Rochelle . Le couple n’eut qu’un enfant: Marguerite Alexandre, garçon baptisé le 30 août 1786. Sa mère décédera  un an plus tard. François Gaspard fut receveur général des fermes de La Rochelle puis riche financier. Il fut seigneur du Petit-Val, de Loiré, d’Huré, des  Halles de Puilboreau et d’autres lieux.

 

 

En 1791, après la Révolution, François Gaspard Petit du Petit-Val, dernier seigneur de Loiré, revendra la seigneurie à Jean Baptiste Louis Chevallier de Puilboreau. Dans son article sur la Seigneurie de Loiré, Jean Métayer rapporte qu’en  mai 1812, Sophie Salomée de Saxer, veuve de Louis  Chevallier, remarié à David Pellier revendra le domaine à Jacques Picard et à Madeleine Boizard son épouse, demeurant à Loiré et fermiers de la Seigneurie avant la Révolution.

François Gaspard Petit du Petit-Val, sa belle -mère, deux soeurs de cette dernière, et deux  femmes de chambre, furent massacrés à coup de sabre le 21 avril 1796 dans l'enceinte du château de Vitry-sur-Seine que le riche financier avait acquis en 1790. Selon les autorités chargées de l'enquête son fils Marguerite Alexandre Gaspard, âgé de 10 ans, fut épargné. Il aurauit été recueilli par un oncle. Les commentateurs de l'époque évoquèrent une affaire d'état.

En effet, pour certains, François du Petit-Val aurait hébergé sur ordre le dauphin Louis XVII. Officiellement mort à la prison du Temple en juin 1795, le dauphin aurait été remplacé par un autre  enfant avant d'être exfiltré.

L’histoire des Seigneurs de Loiré s'achevera donc sur une tragédie.

La rédaction.

Note du rédacteur: les élements qui apparaissent dans cet article sont issus de documents historiques disponibles sur Internet et des actes paroissiaux mis en ligne par les archives départementales de Charente-Maritime.

Le saviez-vous?

Le Treuil-aux-Secrets ou, aujourd'hui le Treuil-Secret, implanté sur la commune de Sainte-Soulle, non loin de Dare-les-Vignes à Loiré, tient son nom de l'accord secret passé à cet endroit entre des notables de la ville de La Rochelle et Bertrand du Guesclin en 1372. Cet accord permit aux troupes de Charles V conduites par du Guesclin d'entrer sans combattre dans la ville fortifiée grâce à un stratagème du maire Jean Chaudrier qui permit de neutraliser la garnison anglaise sans employer la force.